Pratyâhâra

Pratyâhâra, le retrait des sens, est le cinquième des huit membres de l’Asthanga yoga codifié par Patanjali dans le deuxième chapitre des Yoga Sutra, le Sâdhana-Pada.
C’est un élément peu cité, pourtant essentiel à l’élévation.

Cet anga représente le passage de la pratiques physique, avec les âsana et les prânayâma, à la pratique psychique.
Il fait le lien vers le troisième chapitre des Yoga-sutra nommé Vibhûdi-Pada, avec la pratique de Dhâranâ, la concentration qui développe ensuite l’état de dhyâna, l’état méditatif et de Samâdhi.

Dans notre quotidien, nous sommes liés à la manifestation aux moyens de nos cinq sens.
Ils sont utiles pour découvrir le monde, s’en protéger, développer une connaissance matérielle et relationnelle.
Selon l’ayurvéda ils sont primordiaux car ils sont des ponts qui transmettent les informations entre le monde extérieur et notre monde intérieur.
En prendre soin permet de développer des perceptions plus fines et subtiles.
Cependant ils doivent être utilisés à leur juste place.
A cause des organes de perception indisciplinés, qui sont connectés au mental, nous nous éparpillons, nous nous décentrons de ce que nous sommes réellement.
Leur juste place est d’être des instruments au service de l’esprit.
Leur étude nous relie à la pratique de Svâdhyâyâ, l’étude et l’observation de Soi, que nous retrouvons dans le deuxième membre, les Niyama.
Pour prendre un exemple très simple, lorsque nous fermons les yeux, nous ne sommes plus en lien vers un objet manifesté, nous ne nous identifions pas.
Cette attitude nous invite à développer le regard intérieur.

Les sens sont comme un miroir.Quand ils sont tournés vers l’extérieur ils reflètent le monde des objets et des formes, tournés vers l’intérieur, ils reflètent notre lumière, notre Être.
Le mental est connecté et stimulé aux organes de perception.
Par leur connaissance il nous est donc possible de les discipliner et ainsi maîtriser le mental.
Cela requière des années de pratique pour maîtriser leur retrait, néanmoins elle est la base de l’équilibre et de la santé mentale et est un élément majeur dans la progression en Yoga.

«Quand le mental n’est plus identifié avec son champ d’expérience, il y a comme une réorientation des sens vers Soi» YS-II-54.

Sources: Yoga-sutra de Patanjali de Françoise Mazet, Marshall Govindan, Bernard Bouanchaud.

Méditation guidée
Retour accueil Yogarama, la maison du yoga.